La Business Intelligence définition pour les nuls

Business Intelligence pour les nuls : les notions de base

La Business Intelligence définition pour les nuls

Vous êtes sans doute déjà tombé(e) sur ce fameux acronyme de la « bi-aïlle », pour business intelligence. Normal, c’est un terme très à la mode, qui désigne une pratique du futur plutôt utile.

Si cela vous est arrivé d’acquiescer sans être sûr(e) à 100% de ce qu’il fallait ranger dans cet acronyme, vous n’êtes pas le.la seul(e) !

Arrêtez de culpabiliser et lisez cet article qui reprend pour vous tout ce qu’il faut savoir et comprendre de la Business Intelligence. À commencer par son nom « francisé » : l’Informatique Décisionnelle.

Vous pouvez déjà en tirer une première conclusion : on va vous parler ici d’une pratique qui permet, facilite et bouleverse même la prise de décision.  

La BI, d’où ça vient ?

Les termes « Business Intelligence » sont apparus liés pour la première fois – sans surprise – dans le IBM Journal à la fin des années 1950. À l’époque, un ingénieur informaticien allemand, Hans-Peter Luhn théorise un système informatique qui permettrait d’organiser et rediriger les masses d’informations scientifiques d’une entreprise directement vers les secteurs qui en auraient besoin.

Autrement dit, un système qui permet de saisir et simplifier une énorme masse de données. Pour quoi faire ? Le but de la manœuvre est de faciliter la prise de décision.

Aujourd’hui, on considère que la BI (ou Informatique Décisionnelle en français) recouvre l’ensemble des outils, systèmes et pratiques qui permettent à un décideur en entreprise d’accéder à une information compréhensible, de l’analyser et de pouvoir s’en servir pour construire une stratégie personnalisée.   

 

La BI, ça sert à quoi ?

Sans la BI, les masses de données disponibles à chaque niveau d’une entreprise (du marketing aux ressources humaines, en passant par les stocks) sont écrasantes et illisibles.

La BI et les outils qui la constituent ramènent l’information à une forme appréhensible. Mieux, elles rendent cette information utilisable par chacun de ses destinataires.

Recourir à la BI dans votre entreprise vous permet, entre autres de… :

  • faciliter et améliorer la prise de décision,
  • optimiser les processus internes,
  • passer des analyses et bilans à la projection, voire la prédiction.

Les 3,5 phases de la BI 

La Bi se construit essentiellement sur les données internes à votre entreprise pour améliorer vos processus. Du moissonnage de data à la lecture et l’analyse par vos équipes, elle passe par ces étapes :

  • Collecte
  • (Stockage)
  • Distribution
  • Restitution

Collecte et stockage vont en réalité de pair : il s’agit de moissonner vos bases de données et de transférer (via un premier traitement) la data vers une plateforme de stockage. C’est le datawarehouse.

Le génie de la BI sort en réalité de la 2ème étape : la distribution consiste (notamment aujourd’hui) à apporter la bonne information issue de vos données à la bonne personne. En d’autres termes, chaque poste décisionnel de votre entreprise qui le nécessite devrait recevoir la part de données qui le concerne.

Enfin, la forme que prend cette data est capitale dans l’exécution de la BI. Elle doit être lisible par les utilisateurs finaux. On va donc la modéliser. Cela devient donc une série de rapports, de graphiques et de supports visuels qui aident à la prise de décision. On parle de data visualisation.

Traduction « pour les nuls » : après la phase de restitution, la donnée n’est plus seulement la responsabilité d’un chef de l’IT, mais peut être lue par différents membres concernés de l’entreprise. Ce qui permet de prendre des décisions à tous les niveaux, sans avoir à demander aux agents de l’IT de se coltiner seuls ces étapes à chaque fois qu’un service prépare un nouveau projet.

Indépendance des services : à chacun sa BI

L’intérêt majeur de la BI actuelle, c’est sa personnalisation.

Elle était au départ prévue pour certains postes de décision, mais elle s’étend désormais à tous les métiers. Chacun a la possibilité de jouer en avec une data en self-service toujours plus fine et précise (grâce au big data) et donc de gagner en indépendance pour piloter et optimiser ses missions propres. La BI est ainsi un appui privilégié du nouveau pilotage de la performance en entreprise

Avec des fonctionnalités de plus en plus pédagogiques, elle est accessible et compréhensible à toutes les échelles, et plus seulement à la DSI.


Découvrez ici comment cette personnalisation a permis de passer de la BI limitée à la vraie data intelligence.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Share This

Copy Link to Clipboard

Copy