Devops : définition. Pourquoi ce néologisme ?

Devops définition

S’il sonne à vos oreilles comme la contraction bizarre de deux mots, vous avez vu juste. Devops est le nom d’une union des services informatiques dans une boucle vertueuse. 

Le modèle Devops réunit en réalité deux mondes parfaitement opposés au sein d’une même entreprise pour générer du développement continu.

Qu’est-ce qu’une entreprise Devops ? Une entreprise qui a repensé le travail d’équipe, amélioré ses techniques de management, globalisé son système d’information et adapté ses méthodologies de développement logiciel ou de développement d’application.

Plus loin encore qu’une entreprise agile, c’est une entreprise qui a d’abord appris à ses équipes rivales à devenir alliées.

Devops. Définition : rétablir la communication

Au départ, il s’agit d’abattre la cloison hermétique entre le l’équipe de développement et celle des administrateurs de systèmes. Autrement dit, le développement et l’opérationnel, d’où l’acronyme « DevOps ».  

Ces deux univers répondent traditionnellement à des objectifs très opposés. Ceci les éloigne et les empêche même de se comprendre. Le monde des développeurs évolue dans un temps court, avec une nécessité de changement, de mobilité des ressources, etc. Il doit répondre à l’injonction d’un time to market rapide.

À l’inverse, l’opérationnel évolue dans un temps ralenti. Il a un besoin de stabilité absolue pour répondre à ses objectifs de qualité et de contrôle strict du système.

La base du Devops est de réconcilier ces deux univers. D’abord en permettant aux ingénieurs de chacun des pôles de communiquer. L’objectif premier est donc de recréer un objectif commun aux deux, des projets intégratifs qui tendent au développement continu. Éventuellement sous le pilotage d’un chef de projet aux compétences techniques transversales.

La communication se travaille aussi vers la globalité de l’entreprise pour améliorer la compréhension métier et répondre aux besoins internes.

Une culture de la collaboration… étendue

Le Devops suppose une nouvelle forme d’organisation, qui intègre tous les ingénieurs et les équipes dans un même projet et sous des architectures accessibles à tous. Il suppose donc aussi une connaissance globale du système par tous. Il va plus loin encore que les modèles de développement agile et la nécessaire culture de l’OpenSource, en superposant aussi les problématiques de construction d’une application ou d’un service.

L’ingénieur développement peut ainsi avancer sur le code, le déploiement, le staging, en harmonie avec les administrateurs qui gèrent au même moment l’infrastructure, la sécurité des systèmes et le contrôle de l’urbanisation.

L’automatisation des processus  

Cette boucle vertueuse passe par l’automatisation des processus : déployer les applications, les tests de qualité du code et l’intégration continue… Le rythme de production reste constant. Il intègre des mises à jour continues qui tiennent aussi compte des retours utilisateurs.

L’automatisation, couplée au principe d’itération, permet d’identifier et corriger plus vite un dysfonctionnement. Ceci, tout au long du cycle de vie de l’application. On s’assure ainsi régulièrement qu’elle est fonctionnelle et qu’elle le reste.

Le time to market le plus court

L’intérêt d’automatiser ces processus est finalement de fluidifier la production et de raccourcir ses délais. En passant en déploiement continu, l’entreprise optimise sa réactivité et réduit au maximum son time to market.

Les retours utilisateurs sont rapides et intégrés directement aux autres phases de production, ce qui permet de pusher un produit toujours plus proche de leurs besoins. Soit un cycle d’amélioration continue très court et de plus en plus productif puisqu’il élimine au fur et à mesure les tâches n’apportant aucune valeur.

Une métrique efficace

Par ailleurs, pour garantir l’efficacité du modèle Devops en application, il nécessite un contrôle des étapes de production et de leur évolution.

Cela passe par la mise en place de métriques métiers, de métriques de performances pour les équipes développeurs et administrateurs et des métriques de satisfaction client.

La collecte et l’analyse de ces données permet à la fois l’amélioration constante et l’encouragement du travail collaboratif. Sur cette base, les pratiques deviennent corrigibles et les services sont invités à communiquer entre eux pour répondre ensemble aux problèmes constatés.
Ainsi qu’à en élaborer ensemble les réponses, dans une dynamique d’agilité.

Vous aimeriez devenir une “entreprise devops” ?

Cliquez ici et prenons Rendez-Vous.

 

Ces réflexions sur l’évolution des SI vous intéressent ?
Suivez notre série d’articles sur le sujet.

Et pour cela , abonnez-vous à notre newsletter “En direct des bacs à sable”.
Cette newsletter vous informera de que nous publions ici et de ce qui se publie ailleurs sur ce type de sujets..

Abonnez-vous au plus vite.
Découvrez les trésors des bacs à sable, cliquez sur l’image….

Dans la suite de cet article, vous aimerez aussi sans doute lire :

Comment agir vraiment de façon data-driven

Le data-engineer et le cloud

Cloud computing : tous les chemins qui y conduisent

Comment démarrer un projet de business intelligence